Analyses, En français

La Transformation Numérique au Québec – Le manque de compétences technologiques est le principal frein pour 70% des entreprises selon Talsom

Pour la deuxième année consécutive, Talsom analyse les évolutions liées aux transformations numériques des entreprises. La pandémie aura remis au cœur des conversations et des enjeux d’entreprise la pertinence d’une transformation numérique comme vecteur de croissance et de flexibilité. Mais aura-t-elle été effectivement cet accélérateur de transformation tel que cela a pu être présenté dans les médias ? Ayant fait de la transformation numérique durable notre mission, nous avons voulu comprendre avec cette étude, les enjeux réels des entreprises à travers le prisme des employés et gestionnaires, et proposons dans ce document des pistes de solutions pour faire de la transformation numérique un véritable accélérateur de croissance.

Après deux années de pandémie, ayant contraint la quasi-totalité des entreprises à adopter les outils numériques, on pourrait rester sur l’impression qu’elles sont désormais au fait de cette démarche et on fait de leur transformation numérique une priorité face à autant d’avantages. Cela ne semble pas si clair. Seulement 31% des gestionnaires déclarent que l’adoption des technologies est élevée au sein de leur propre entreprise.

Dans cette édition 2022, nous analysons les principaux enjeux et écarts de perception entre les gestionnaires et les employés, pour proposer des actions concrètes et durables. Vous découvrirez que les principaux freins à la transformation numérique sont avant tout un manque de compétences technologiques (70%), de ressources financières (58%) et un manque de compétences managériales (57%).

Lorsque l’on demande aux employés leur niveau de compréhension de ce qu’est une transformation numérique, on perçoit un manque notable de compréhension. Sur une échelle 1 à 5 où un 1 correspond à l’absence complète de compréhension et 5 une compréhension très avancée, 57% des employés se classent dans la fourchette basse. Une minorité des employés considèrent comprendre ce qu’est la transformation numérique soit 43%, dont un maigre 11% déclarant la maitriser.

Le manque de compétences technologiques, de ressources financières et de compétences managériales est jugé comme étant les principaux freins à la transformation numérique selon les employés familiers à la stratégie numérique de leur employeur. Pour 46% d’entre eux, le développement
des compétences au sein de leur entreprise semble être un des principaux défis que devra relever leur employeur. À noter que d’autres défis occupent l’esprit des entreprises soit la pénurie de main-d’œuvre (48%) et la cybersécurité (46%).

Le manque de compétences technologiques est le principal frein à la transformation numérique pour 70% des entreprises.

La compétition pour des talents plus rares engendre une hausse des salaires et un retard de déploiement. Le manque de ressources financières est d’ailleurs le deuxième facteur de frein cité à 58%. Nous voyons que les entreprises mettent en place de nouveaux moyens pour pallier ces enjeux. 47% d’entre elles déploient des formations tout au long du processus et 45% supportent désormais leur transformation numérique par un plan de gestion du changement.

Identifier les compétences requises pour cibler les écarts et besoins pour mener votre transformation est un moyen de pérenniser le déploiement. Cet exercice permet de reconnaitre les meilleurs talents, de mettre en place un plan de développement de compétences pour qu’ils évoluent avec votre entreprise. Dans un contexte de pénurie de main d’œuvre, particulièrement au Québec, retenir vos meilleurs employés et déterminer les compétences transférables vous assure un avantage compétitif.
Un autre enjeu de la pénurie de main d’œuvre, accentué par la vague de la “grande démission” qui concerne d’autant plus les milléniaux, est l’attraction et la rétention des meilleurs talents.
Cette étude montre l’impact positif des nouvelles technologies pour attirer et retenir les meilleurs talents. En effet, les gestionnaires déclarent à :

• 97% qu’une entreprise est plus attractive en matière de talents lorsqu’elle intègre les nouvelles technologies dans les processus de travail
• 75% que le retard d’une entreprise dans sa transformation numérique incite les employés à changer d’entreprise

Enfin, l’implantation de système SIRH ou d’ERP permet d’anticiper les besoins, d’attirer un bassin plus large de candidats qualifiés. En réduisant le temps administratif, ils permettent également d’être plus rapide pour présenter une offre et développer la nouvelle ressource.

Extraits choisis par le Moniteur de l’emploi. Lire la suite @ Transformation Numérique | Conseil en management | Talsom Montréal

Discussion

No comments yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Jobs – Offres d’emploi – US & Canada (Eng. & Fr.)

The Most Popular Job Search Tools

Even More Objectives Statements to customize

Cover Letters – Tools, Tips and Free Cover Letter Templates for Microsoft Office

Follow Job Market Monitor on WordPress.com

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Follow Job Market Monitor via Twitter

Categories

Archives

%d bloggers like this: