Analyses, En français

Génération 2010 en France – Des débuts de carrière plus chaotiques pour une génération plus diplômée

Que sont devenus les jeunes sortis du système scolaire en 2010, à tous les niveaux de formation, avec ou sans diplôme ? Que nous apprennent leurs 7 premières années de vie active sur les transformations structurelles du marché du travail ? Comment la conjoncture difficile a-t-elle pesé sur leurs trajectoires ? Les derniers résultats de l’enquête Génération 2010 du Céreq offrent l’occasion d’un regard inédit sur l’intégration professionnelle d’une jeunesse toujours plus diplômée, et qui voit se creuser les écarts entre niveaux de diplômes.

Observer l’intégration dans le système d’emploi et les débuts de carrière des sortant·es de formation initiale constitue un enjeu primordial dans le pilotage des politiques publiques d’emploi et de formation. Catégorie de main d’œuvre singulière de par sa jeunesse, sa faible ancienneté sur le marché du travail, mais aussi par le renouvellement des qualifications dont elle est porteuse, chaque génération de sortantes se trouve particulièrement exposée au contexte économique du moment comme aux transformations plus structurelles affectant le marché du travail. Les enquêtes Génération ont largement contribué à mettre en évidence les différentes dimensions de cette intégration, mais aussi souligné la question du temps que celle-ci nécessite – variable selon les individus et les périodes. De ce point de vue, les 7 années d’observation des jeunes sortis de formation initiale en 2010, qui complètent celles des Générations antérieures (1998 et 2004), nous permettent de pointer les évolutions majeures des 20 dernières années.

La Génération 2010 apparaît peu favorisée par le contexte économique qui a présidé à ses premières années dans la vie active. Confrontée dès 2012 à la crise des dettes souveraines, elle a dû faire face à une dégradation conjoncturelle durable, suivie d’une légère reprise qui n’a pas permis un rattrapage des niveaux d’avant la crise financière de 2008 et n’a pas redynamisé l’emploi. Ce contexte a pesé sur les possibilités et le rythme d’accès à l’emploi des jeunes de la Génération 2010, ralentissant leur intégration professionnelle et les exposant davantage au chômage en début de vie active que leurs aîné·es des Génération 2004 et, plus encore, 1998. La trace de la crise de 2012 est ainsi particulièrement nette dans la remontée brutale du niveau de chômage qu’elle induit à partir du mois de juillet, à un moment où le processus d’insertion de la cohorte dans son ensemble n’a pas encore atteint son terme (cf. graphique 1). Après une année de pause, le mouvement de décrue du chômage reprend et une convergence s’observe entre les Générations au terme des 7 premières années de vie professionnelle. La mauvaise conjoncture en début de carrière aura donc davantage retardé que mis à mal durablement le processus d’accès à l’emploi de la Génération 2010. Si celle-ci n’apparaît pas subir les effets à moyen terme d’un « stigmate initial » lié à ses difficultés d’accès à l’emploi, certaines conséquences sur les parcours sont à souligner. La première concerne la réduction du temps passé en emploi, et donc de l’expérience professionnelle accumulée : 61 mois en moyenne, équivalant à 73 % du temps d’observation, contre 67 mois (80 % du temps, cf. tableau 2) pour la Génération 1998. La seconde concerne la part des jeunes dont la trajectoire est marquée par un certain éloignement de l’emploi ; 17 % des jeunes de 2010 (contre 11 % de ceux de 1998, cf. tableau 3) ont une trajectoire passée dominée soit par du chômage persistant ou récurrent (13 % contre 7 %), soit par des situations d’inactivité durable (4 % pour les deux Générations). Ils sont par ailleurs davantage à avoir repris des études ou une formation longue (9 % contre 5 %).

Une génération au cœur de transformations structurelles du marché du travail

Au-delà d’une conjoncture défavorable en début de vie active, la Génération 2010 a également dû composer avec des transformations plus structurelles du marché du travail. En premier lieu, elle est, plus encore que ses aînées, exposée aux évolutions des pratiques de recrutements, dont les modalités d’embauches privilégient toujours plus les différentes formes de contrats à durée limitée. Or, cette nouvelle « norme » de recrutement n’est pas sans effets sur les possibilités effectives de stabilisation à moyen terme des jeunes dans l’emploi. Elle peut constituer pour certain·es un tremplin vers une carrière, mais pour d’autres une trappe à précarité. Le déclin des trajectoires dominées par l’emploi entre les Générations 1998 et 2010 (de 84 % à 74 %, cf. tableau 3) pointe cette ambivalence : les trajectoires de stabilisation en emploi à durée indéterminée sont moins nombreuses (de 66 % à 55 %), et ne sont pas compensées par les parcours enchaînant les emplois à durée limitée, dont la part reste stable (18 % contre 19 %). Au bout du compte, la part de jeunes en emploi à durée indéterminée 7 ans après la sortie est en baisse d’une Génération à l’autre (86 % contre 80 %, cf. tableau 2 ci-dessous).

Extraits choisis par le Moniteur de l’emploi. Lire la suite @ Des débuts de carrière plus chaotiques pour une génération plus diplômée – Génération 2010 | Cereq

Discussion

No comments yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Jobs – Offres d’emploi – US & Canada (Eng. & Fr.)

The Most Popular Job Search Tools

Even More Objectives Statements to customize

Cover Letters – Tools, Tips and Free Cover Letter Templates for Microsoft Office

Follow Job Market Monitor on WordPress.com

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Follow Job Market Monitor via Twitter

Categories

Archives

%d bloggers like this: