En français, Les politiques et la politique

COVID, la Reprise de l’Emploi – Pour une politique nationale de capital humain en passant de la consultation à la concertation

Une des choses que je retiens dans les papiers que vous allez publier, c’est que les gouvernements ne pourront pas éternellement soutenir tout le monde. Mieux vaut investir que soutenir. Qu’entendez-vous par là?

Tous ces programmes qui ont été mis en place, c’était justifié, c’était nécessaire. Mais on ne peut pas soutenir l’économie et les revenus des entreprises et des individus éternellement. Il faut passer à la production, à la consommation et aux échanges.

Ça ne pourra pas se faire du jour au lendemain. Il faudra modifier ces programmes de soutien en programmes d’investissement.

Et là il faut prendre une approche que je qualifierais d’horizontale plutôt que verticale. Une approche verticale, c’est une approche par secteur. On va encourager tels secteurs. Et les pressions vont être fortes, parce que tous les secteurs qui sont frappés par la crise vont monter au but et faire des pressions pour dire : Aidez-nous. La vérité, c’est qu’il est difficile pour le gouvernement de dire quel secteur sera celui de l’avenir, quel secteur il faut soutenir.

Évidemment, il y aura des urgences, mais l’approche horizontale voudrait dire qu’on regarde d’abord l’ensemble de l’économie. Elle voudrait dire aussi qu’on regarde sur un horizon plus loin qu’uniquement la crise actuelle. Et elle voudrait dire aussi qu’on est horizontal par rapport à être vertical, c’est-à-dire qu’on ne met pas le gouvernement en haut et les agents économiques en bas, mais on se met autour de la table.

Ces trois dimensions d’une approche horizontale pourraient faire en sorte qu’on a une approche un peu plus long terme.

L’urgence, c’est le capital humain, c’est d’investir massivement dans la formation et le recyclage de la main-d’oeuvre.
Henri-Paul Rousseau

Toute cette main-d’oeuvre qui est frappée lourdement a besoin d’être recyclée, a besoin d’une meilleure formation. Et c’est le temps ou jamais de le faire en collaboration avec les provinces, le gouvernement fédéral et les agents économiques. Donc, ça, c’est horizontal, une politique nationale de capital humain, de capital scientifique, et je pense que ça, ça devrait être la pierre angulaire de la reprise.

Est-ce qu’on n’est pas en train de vivre en extrême accéléré des chocs qui de toute façon nous attendaient?

Oui, tout à fait. On vit trois chocs. Ils sont bien connus. Il y a le choc démographique et le vieillissement de notre population, qui est enclenché, qui va s’accélérer surtout au Québec, mais aussi dans l’ensemble des pays occidentaux.

On a le deuxième choc, qui est la transition écologique, qui est d’abord une transition énergétique et ensuite écologique globalement.

Et enfin on a la transition numérique. Toutes ces choses-là ne se passaient pas doucement. C’était quand même déjà là. Ce qui est arrivé depuis trois mois et demi, c’est en fait la reconnaissance que ces trois choses-là sont en urgence. Et parce qu’elles sont en urgence, ça prend un effort de concertation, plus qu’un effort uniquement de consultation, où le gouvernement central doit emprunter ce qui a été fait au Québec lors des crises, des sommets, et ce qui a été fait aussi lorsqu’on a eu le G20 et le G7 lors de la crise de 2007-2008. On doit emprunter à ces méthodes de concertation, parce qu’on a des arbitrages pointus et difficiles à faire.

Est-ce une forme de critique voilée du projet de consultation du gouvernement fédéral? Ce que vous dites, c’est qu’il faut aller plus loin que ça?

Ottawa a mis sur pied le Conseil de la stratégie industrielle, dirigé par Monique Leroux, ex-présidente du Mouvement Desjardins. Stéphan Bureau l’a reçue plus tôt à son émission.

Je pense que c’est une bonne chose qu’on fasse cette démarche, ce comité d’experts et de gens. Mais je pense qu’on va rapidement réaliser qu’il faut passer de la consultation à la concertation, d’avoir une approche qui n’est pas par industrie, mais pour l’ensemble de l’économie.

Et je répète que l’urgence, c’est d’aider les travailleurs à se recycler pour faire face à ce nouveau monde numérique. Et l’urgence numérique, on ne pourra pas passer à côté. On a vu comment la logistique, les transports et tout ce qui était derrière le monde du commerce électronique est essentiel.

Extraits choisis par le Moniteur de l’emploi. Lire la suite @ Créons « notre réserve stratégique de travailleurs » pour affronter les futures pandémies | Coronavirus | Radio-Canada.ca

Discussion

No comments yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Jobs – Offres d’emploi – US & Canada (Eng. & Fr.)

The Most Popular Job Search Tools

Even More Objectives Statements to customize

Cover Letters – Tools, Tips and Free Cover Letter Templates for Microsoft Office

Follow Job Market Monitor on WordPress.com

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Follow Job Market Monitor via Twitter

Categories

Archives

%d bloggers like this: